Pacôme Sweet Homme

Un SDF sympatoche, par solitude, en vient à discuter société et politique avec … un pigeon TRÈS cynique !

Pires amis d’égypte 2011/02/11

  journaliste,détention,  Egypte, RSF, manifester, Paris, président, rue,  Hosni Moubarak,  reporter, étranger, Egyptien,  agresser, Français, arrestation,  ministre française des affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie,  liberté, émotion, pression, violence,société de production audiovisuelle, Magnéto Presse,salarié,Amnesty International,  porte-parole , manifestant,affichette,info,photographie,ambassade,  forces de l'ordre,chasse aux sorcières,agression, arrêter,lyncher,passage à tabac,Sophia Amara, Pedro da Fonseca, reportage, Canal+,  sécurité, droit, économie, social,  Caire,arme,secret

cliquer pour agrandir

Le Point Deux journalistes détenus en Egypte, RSF manifeste à Paris – Depuis le retour dans la rue des partisans du président Hosni Moubarak, mercredi, plusieurs reporters étrangers et égyptiens ont été agressés et d’autres, dont des Français, ont été arrêtés durant plusieurs heures. La ministre française des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, a annoncé avoir demandé à son homologue égyptien que « tout soit mis en oeuvre » pour que les ressortissants français soient localisés et remis immédiatement en liberté. Dans un communiqué, elle fait part de sa « grande émotion après le récit de certains journalistes français qui ont subi des pressions et des violences tout à fait inacceptables. » Vendredi, deux journalistes de la société de production audiovisuelle Magnéto Presse étaient détenus en Egypte, ainsi qu’un salarié d’Amnesty International, a dit le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Les manifestants de RSF ont tenté de coller des affichettes marquées des mots « Ici on tue l’info » et des photographies de journalistes arrêtés en Egypte sur les murs de l’ambassade, située dans le XVIe arrondissement de Paris, avant d’être repoussés par les forces de l’ordre. « Depuis le mercredi 2 février, les journalistes ont fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières et ont dû faire face des violences répétées par les partisans du régime de Hosni Moubarak », proteste RSF dans un communiqué. « La liste des journalistes agressés, arrêtés, lynchés, passés à tabac ne cesse de s’allonger ». Les deux journalistes de l’agence Magnéto Presse, Sophia Amara et Pedro da Fonseca, qui réalisaient un reportage pour Canal+, ont été arrêtés lors d’une descente des forces de sécurité au Centre égyptien des droits économiques et sociaux au Caire. Ils ont été emmenés par des hommes en armes dans un lieu inconnu depuis plus de 24 heures, indique l’agence dans un communiqué.

 

grande cause petits effet 2011/01/28

 

Sécurité,femmes,Brice Hortefeux, délinquance,  violences,fait de société,grande cause nationale,exécutif, police, gendarmerie,Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, ONDRP, bilan, violences aux personnes,brutalité, arme,criminologue, Alain Bauer,nœud du problème,agression,domicile,RMC, ministre de l'Intérieur,  interview, Figaro ,  conférence de presse,association, viol,Caroline de Haas,  Osez le féminisme

Cliquer pour agrandir

JDDSécurité: Hortefeux oublie les femmes – Brice Hortefeux a communiqué les chiffres de la délinquance, qu’il estime en baisse. Mais il s’est gardé d’évoquer la hausse des violences faites aux femmes en 2010. Un fait de société notable qui semble pourtant délaissé – La lutte contre les violences faites aux femmes avait été désignée « grande cause nationale » de l’année 2010 par l’exécutif. Ironie du sort, les chiffres de l’activité policière et gendarmique contre la délinquance, qui ont été publiés vendredi par l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP), dressent un sombre bilan: les violences aux personnes sont en hausse de 2,5% par rapport à 2009. Parmi les critères retenus, les brutalités faites sans armes à l’encontre des femmes ont augmenté de 13%. – A la tête de l’ONDRP, le criminologue Alain Bauer estime que ces faits sont le « nœud du problème »: « Nous avons une très grande augmentation des agressions contre des femmes en dehors de leur domicile », a-t-il déploré vendredi sur RMC avant d’insister: « C’est l’élément marquant des chiffres 2010. » – Un « élément marquant » que le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, s’est bien gardé de commenter. Ni dans son interview au Figaro , ni lors de sa conférence de presse de vendredi matin. Les associations, elles, fulminent. « Au lendemain de cette année 2010, pendant laquelle une grande cause nationale avait été déclaré, il y a toujours 75.000 femmes violées et aucun moyen mis à la disposition de cette lutte », dénonce Caroline de Haas, porte-parole du collectif Osez le féminisme

 

 
%d blogueurs aiment cette page :